Archives de la Catégorie : Communiqués de presse

fév 08 2017

Demain la Wallonie avec la France. Vers la réunification française.

Phg_Livre_2015Le nouveau livre de Paul-Henry Gendebien (cliquer vers le pdf)

écrit avant les élections de mai 2014 mais avec des annotations tenant compte de celles-ci

Le nationalisme séparatiste de la Flandre aura bientôt raison de la Belgique. Après la disparition de l’Allemagne de l’Est, de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie, l’Histoire n’est pas finie en Europe.
L’échec du fédéralisme belge annonce-t-il celui du fédéralisme européen ? A la veille d’un probable triomphe électoral des indépendantistes flamands, faut-il redouter l’apparition d’un grand désordre politique à Bruxelles, (voire de l’anarchie) à seulement 300 kilomètres de Paris ? La France pourra-t-elle rester inactive dans l’hypothèse crédible où cinq millions de Francophones wallons et bruxellois demanderaient le rattachement de leur région à la République ?
Vingt-cinq ans après la réunification allemande, une « réunification française » (France + Wallonie + Bruxelles) consoliderait le rang et l’influence de Paris en Europe, contribuant à rééquilibrer le couple franco-allemand. Une conjonction franco-wallonne, pacifique et négociée, ajouterait à la France deux régions et six départements ; elle serait soumise à référendum ; elle serait conforme aux intérêts de l’Europe : la stabilité au cœur du continent, un Etat en moins (la Belgique), un Etat en plus (la Flandre), et une France agrandie, dépassant les 70 millions de citoyens. Cette France-là serait fidèle à sa mission, en accueillant les Wallons au nom du droit à la liberté et à l’autodétermination. Elle serait moins décliniste dès lors qu’elle s’emploierait à réussir l’intégration républicaine de la Wallonie.

Paul-Henry Gendebien est l’un des porte-parole du mouvement autonomiste wallon. De 1971 à 1988, il est député belge, européen, wallon. De 1988 à 1996, il représente la Wallonie à Paris comme Délégué Général diplomatique auprès des autorités françaises et auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie. En 1999, il fonde le R.W.F. (Rassemblement Wallonie-France), un parti politique qui propose le rattachement de la Wallonie à la France, après l’implosion de la Belgique sous la pression de l’indépendantisme flamand.

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13912

fév 03 2017

Hommage à René Swennen

Le R.W.F. salue la mémoire de René Swennen qui vient de disparaître à l’âge de 75 ans.
Militant réunioniste de la première heure, il fut l’une des têtes de proue du Mouvement wallon pour le Retour à la France dès les années 80. Aux élections de 2010, il conduisit la liste du R.W.F. à Liège.
René Swennen était également un ténor du barreau liégeois et un écrivain de talent.
Le R.W.F. sera représenté à la cérémonie funèbre qui aura lieu demain.

Laurent Brogniet et Paul-Henry Gendebien

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=14186

jan 23 2016

Revue de presse sous la loupe wallonne et réunioniste

Le mouvement pluraliste Alliance Wallonie-France suit l’actualité au jour le jour sous l’angle wallon et réunioniste.
C’est également un lieu de débat fructueux.
Le R.W.F. a son propre périodique. Il n’est pas lié de facto à toutes les prises de position de ce mouvement.
Voici le lien :

A.W.F.

Autre site réunioniste et sa revue de presse : GEWIF (Jules Gheude)

Numérisation de la revue Wallonie-France (1993-2010) par Cédric Chopin
(la couverture d’origine est en couleur)
Cette revue était indépendante du R.W.F.
Rédacteur en chef : André Schreurs (1993-2000)
Jacques Liénard (2000-2010)

n° 91 – juillet-août 2010

n° 90 – juin 2010

n° 89 – mars-avril 2010

n° 88 – janvier-février 2010

n° 87 – novembre-décembre 2009

n° 86 – septembre-octobre 2009

n° 85 – juillet-août 2009

n° 84 – mai-juin 2009

n° 83 – mars-avril 2009

n° 82 – janvier-février 2009

n° 81 – novembre-décembre 2008

n° 80 – septembre-octobre 2008

n° 79 – juillet-août 2008

n° 78 – mai-juin 2008

n° 77 – mars-avril 2008

n° 76 – janvier-février 2008

n° 75 – novembre-décembre 2007

n° 74 – septembre-octobre 2007

n° 73 – juillet-août 2007

n° 72 – mai-juin 2007

n° 71 – mars-avril 2007

n° 70 – janvier-février 2007

n° 69 – novembre-décembre 2006

n° 68 – septembre-octobre 2006

n° 67 – juillet-août 2006

n° 66 – mai-juin 2006

n° 65 – mars-avril 2006

n° 64 – janvier-février 2006

n° 63 – novembre-décembre 2005

n° 62 – septembre-octobre 2005

n° 61 – juillet-août 2005

n° 60 – mai-juin 2005

n° 59 – mars-avril 2005

n° 58 – janvier-février 2005

n° 57 – novembre-décembre 2004

n° 56 – septembre-octobre 2004

n° 55 – juillet-août 2004

n° 54 – mai-juin 2004

n° 53 – mars-avril 2004

n° 52 – janvier-février 2004

n° 51 – novembre-décembre 2003

n° 50 – septembre-octobre 2003

n° 49 – juillet-août 2003

n° 48 – mai-juin 2003

n° 47 – mars-avril 2003

n° 46 – janvier-février 2003

n° 45 – novembre-décembre 2002

n° 44 – septembre-octobre 2002

n° 43 – juillet-août 2002

n° 42 – mai-juin 2002

n° 41 – mars-avril 2002

n° 40 – janvier-février 2002

n° 39 – novembre-décembre 2001

n° 38 – septembre-octobre 2001

n° 37 – juillet-août 2001

n° 36 – mai-juin 2001

n° 35 – mars-avril 2001

n° 34 – janvier-février 2001

n° 33 – novembre-décembre 2000

n° 32 – septembre-octobre 2000

n° 31 – juillet-août 2000

n° 30 – mai-juin 2000

n° 29 – mars-avril 2000

n° 28 – janvier-février 2000

n° 27 – novembre-décembre 1999

n° 26 – septembre-octobre 1999

n° 25 – juin 1999

n° 24 – avril-mai 1999

n° 23 – février-mars 1999

n° 22 – décembre 1998-janvier 1999

n° 21 – septembre-octobre 1998

n° 20 – mai-juin 1998

n° 19 – février-mars 1998

n° 18 – novembre-décembre 1997

n° 17 – septembre-octobre 1997

n° 16 – mai-juin 1997

n° 15 – février-mars 1997

n° 14 – novembre-décembre 1996

n° 13 – septembre-octobre 1996

n° 12 – mars-avril 1996

n° 11 – décembre 1995

n° 10 – septembre-octobre 1995

n° 9 – mai-juin 1995

n° 8 – février-mars 1995

n° 7 – décembre 1994

n° 6 – septembre 1994

n° 5 – juin 1994

n° 4bis – avril 1994 (hors série)

n° 4 – mars 1994

n° 3 – décembre 1993

n° 2 – septembre 1993

n° 1 – début 1993

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13926

sept 27 2015

La Wallonie avec la France : pour l’avenir de nos enfants

Fondé le 27 novembre 1999, le R.W.F. est un parti pluraliste et démocratique, qui rassemble autour d’un projet commun, des femmes et des hommes issus de tous les horizons politiques et de toutes convictions philosophiques et religieuses, à l’exception des extrêmes.
Son principal objectif consiste à réunir la Wallonie – et Bruxelles si elle le souhaite – à la France, selon des modalités à négocier. Son but ultime consiste à transformer la Wallonie en Région de France à part entière.
Si Bruxelles s’engage dans la même voie, elle détiendra le statut de capitale européenne conjointement à celui de Région de France.
Considérant que la Flandre nationaliste se dirige inéluctablement vers l’indépendance, le R.W.F. propose une double négociation : l’une avec la Flandre en vue d’une séparation de velours sur le modèle tchécoslovaque, l’autre avec la France en vue d’une intégration de la Wallonie et de Bruxelles dans la République.
A cet effet, il est entendu que les populations concernées seront consultées par referendum. La Wallonie et Bruxelles conserveront en tout état de cause une identité régionale forte, à l’égal de la Bourgogne, de l’Alsace et de la Bretagne.

Le R.W.F. adhère pleinement aux valeurs de la République française et à sa devise :
Liberté – Egalité – Fraternité

Découvrez nos arguments (pdf)

La Wallonie avec la France ? 33 propositions concrètes du R.W.F. (pdf)

A propos du R.W.F.

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13447

juin 13 2015

Les Liégeois (et les Wallons) : les principaux vaincus de Waterloo ?

Le texte qui suit est la reproduction du document envoyé par « Les très-humbles et fidèles sujets des départemens [ancienne graphie] français composant l’ancienne Belgique française ».
Ce texte écrit le 27 mars 1815 fut publié à Paris en avril 1815. A la lecture, il semble que les auteurs anonymes (la censure des Pays-Bas était féroce) soient essentiellement des représentants de l’ancienne Principauté de Liège. En réalité, les principaux vaincus de la bataille de Waterloo à l’aune de l’Histoire sont les Liégeois puisqu’ils étaient nettement favorables au rattachement à la France lors de la période révolutionnaire.

Les plaintes et le vœu des départemens toujours français composant l’ancienne Belgique, adresses à S.M. l’Empereur Napoléon
Paris, avril 1815.

De l’Imprimerie de Mme Vve Jeunehomme, rue Hautefeuille 20 à Paris.t

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Bruxelles, le 27 mars 1815

SIRE,

Nous ne sommes pas moins sensibles à l’honneur que nos frères de l’ancienne France; vous venez de la délivrer, cette mère-patrie, d’un gouvernement qui la laissait avilie à la merci de l’étranger ; vous venez de rendre au Peuple français des droits pour lesquels il a combattu pendant vingt-cinq ans, et par vous, l’armée a reconquis l’honneur qu’on voulait lui ravir.

Nous, SIRE, qui depuis si longtemps faisons partie intégrante de la grande nation ; nous qui avons constamment suivi vos drapeaux, et mêlé notre sang à celui de nos frères pour soutenir dés intérêts communs; nous qui vous avons ouvert nos trésors, et vu vendre un tiers de notre territoire au profit de la France, serons-nous exclus de vos bienfaits, et notre récompense pour tant de sacrifices sera-t-elle l’abandon et l’esclavage ?

Jamais nos regards n’ont cessé de se tourner vers la France; écoutez nos vœux; écoutez nos plaintes; écoutez celles de nos frères les Liégeois et des départemens du Rhin, nos sentimens unanimes sont invariables.

La maison d’Autriche nous a vendus à l’Angleterre! Non seulement nous avons été le prix du remboursement des emprunts faits par elle à cette nation; mais encore il a fallu envoyer à Vienne, tous les mois, une grande partie de notre numéraire pour acquitter le prix des chaînes que nous portons.

Devenus province anglaise, sous le nom de royaume des Pays-Bas, notre ruine est consommée si vous ne venez promptement à notre secours.

Notre noblesse, entichée de ses vieux préjugés, d’accord avec nos tyrans, qui lui ont donné toutes les places du gouvernement, voudrait nous rendre les droits féodaux, les dîmes, etc., faire renaître la représentation par ordres, et nous régir encore comme au quatorzième siècle.

Non seulement notre commerce est détruit, nos manufactures sont ruinées; mais nous restons accablés sous des impôts de tout genre; opprimés par les Hollandais, écrasés de logemens militaires par les Hanovriens, les Prussiens, vexés par les Anglais, nous allons être forcés de donner le reste de notre or et le sang de nos enfans pour soutenir leur cause impie. La landwehr nous menace.

Resserrés, garrottés par des lignes de douanes, elles se ferment impitoyablement à l’aspect de nos produits, et s’ouvrent avec complaisance pour inonder nos villes et nos campagnes de marchandises anglaises.

Nos belles manufactures, élevées avec tant de peine, à tant de frais, au milieu des vicissitudes de la guerre, languissent et tombent sans espoir que leurs produits descendent jamais au vil prix des marchandises de l’étranger que des primes indemnisent. Déjà nos ouvriers sont obligés de quitter le sol qui les vit naître, et qui ne leur offre plus ni travail ni ressources; nos fabriques n’emploient à peine que le quart des ouvriers, occupés dans les momens les plus malheureux de la guerre.

La ruine, la dépopulation de nos belles provinces s’avancent à grands pas, et ce que les fureurs du duc d’Albe et l’aspect hideux de l’inquisition n’ont pu faire, sera l’ouvrage de nos prétendus libérateurs.

Qui nous protégera dans cette décadence funeste, si ce n’est vous, SIRE ? L’Angleterre soutire notre numéraire, c’est elle qui ruine nos fabriques ; son œil jaloux a déjà vu à quel degré de perfection se sont élevés nos mécaniques et nos produits; elle a » compté avec rage les nombreux établissemens de manufactures que renferment nos cités, qui fleurissent dans nos campagnes; elle a calculé nos immenses capitaux; elle a vu notre population toute manufacturière et connaît notre amour pour le travail; elle n’ignore rien des sources précieuses de notre commerce… et l’Angleterre l’encouragerait ! Non; son intérêt est évidemment d’étouffer tous les élémens de notre prospérité. »

Sera-ce la Hollande qui nous protégera? La Hollande n’est plus comme nous qu’une province anglaise, sa religion, son intérêt nous séparent; elle ne peut ni ne veut encourager l’industrie et le commerce des Belges: car, en ce cas, Anvers seule dépeuplerait Amsterdam.

Serons-nous protégés par la Prusse, qui doit chercher des secours contre nous-mêmes, contre la haine que nous a inspirée sa domination? Les Prussiens ont tout fait pour la mériter ; jamais on ne poussa si loin les vexations, l’abus de la force, la barbarie et les calamités de la guerre.

Devons-nous compter sur l’Autriche? Cette puissance nous a vendus aux Anglais pour tourner toutes ses vues vers l’Italie; d’ailleurs notre situation et nos privilèges la rendirent toujours indifférente à notre bien-être intérieur.

Nos craintes, justifiées par les événemens » présens, naissent de l’expérience des temps passés. Ce n’est point la première fois que le sort des armes a mis nos provinces sous la main des puissances qui nous gouvernent aujourd’hui; nous n’avons pas oublié « qu’après la belle campagne de Marlborough, en 1706, les Anglais et les Hollandais s’emparèrent du gouvernement des Pays-Bas au nom de Charles III, roi d’Espagne, et qu’à l’abri d’un conseil d’état national, mais qui leur était vendu ou soumis, leurs commissaires rendirent, sous le titre de réquisitions, des arrêts meurtriers pour notre prospérité à peine renaissante. C’est du 23 juin, de cette même année, que date la désastreuse réquisition qui annula les belles ordonnances qu’avaient provoquées en 1698 et 1699 les chambres de commerce de nos principales villes en faveur des manufactures du pays, et A L’EXCLUSION DES PRODUITS DE FABRIQUE ÉTRANGÈRE. A cette époque le commerce belge venait de s’affranchir du tarif onéreux de 1680, et les commissaires des puissances maritimes s’empressèrent de le rétablir. Des canaux s’ouvraient pour faciliter nos relations dans l’intérieur, un arrêt des commissaires les faisait combler. L’Escaut fut rigoureusement fermé, ainsi que les canaux y aboutissant, et des droits excessifs pesèrent sur le commerce pour le décourager et l’anéantir.

C’est l’Angleterre et la Hollande qui firent confirmer tous ces actes destructeurs par le malheureux traité d’Anvers en 1715, connu sous le nom de la BARRIÈRE.

C’est l’Angleterre et la Hollande qui, jalouses de notre industrie, ennemies de notre prospérité, soulevèrent toute l’Europe contre une compagnie de négocians établie à Ostende, et la firent dissoudre par l’empereur lui-même qui l’avait encouragée.

C’est l’Angleterre et la Hollande qui, par l’article 5 du traité de Vienne, abolirent à jamais tout commerce et navigation des Pays-Bas, vers les Indes orientales et occidentales, etc., etc., etc. Et voilà les maîtres qu’on nous donne aujourd’hui !

« SIRE, écoutez les plaintes et les vœux d’un peuple fidèle, ils retentissent dans toute la Belgique; son salut est dans les lois de la France, dans sa réunion à la grande nation, dans la protection immédiate de son Empereur.

La France seule a intérêt à protéger notre commerce, et à conserver notre liberté en nous assimilant à la sienne, elle seule en a la force; nos cœurs sont à vous, SIRE, et, quand vous le voudrez, 100.000 Belges s’uniront au premier bataillon français qui viendra nous donner le titre de frères.

L’Autriche et le cabinet de Saint-James, a-t-il seul le droit de disposer de nous? Et, pour conserver la paix, devons- nous être sacrifiés à l’Angleterre ?

Il faut la paix sans doute, mais il faut avant tout l’indépendance des Etats ; sans elle on n’aura rien gagné dans la lutte terrible dont nous ne sommes point sortis; sans elle l’Europe ne verra point finir les révolutions.

Il est temps de consulter l’opinion et l’intérêt des peuples : voilà le secret de les rendre heureux, et de consolider une paix qui aura coûté tant de sacrifices au monde. Son bonheur est aujourd’hui dans la modération et l’énergie de la France qui vient de recouvrer son Empereur. Jamais circonstance ne fut plus favorable!

Quand la Russie étend sa domination sur la Pologne, qui n’en veut point ; quand l’Autriche s’empare de l’Italie, qui n’en veut point; quand la Prusse prétend réunir à son empire la Saxe, qui n’en veut point; la France, fière de cinq cent mille braves commandés par un héros, forte de l’opinion de tous ces peuples dont on trafique honteusement, rentrerait-elle dans des limites humiliantes, pourrait-elle se voir, en pleine paix, assiégée, pour ainsi dire, par une armée anglaise, hanovrienne, hollandaise et prussienne, qui pèse sur notre malheureux pays, le dévore et menace notre territoire sacré.

Votre majesté, dont les principes de modération doivent rassurer aujourd’hui toute l’Europe, ajoutera à la nouvelle gloire qu’elle vient d’acquérir, celle de relever les destinées de notre patrie ; elle le peut à l’instant, si elle le veut : car l’Angleterre s’opposerait en vain à la réunion des Pays-Bas [note : dont l’actuelle Belgique] à votre couronne ; ils sont déjà réunis à la France depuis vingt ans par leur volonté, ils n’en ont été séparés que par la force, et ils se réuniront encore à vous spontanément.

Les énormes sacrifices que l’Angleterre a faits, et qu’elle fait encore tous les jours pour maintenir une domination au-dessus de ses forces et de ses moyens ; l’impossibilité où sont les puissances continentales d’agir sans son or; la difficulté toujours croissante que trouve son ministère de s’en procurer pour faire face à tous ses engagemens, difficulté bien prouvée par le besoin indispensable aujourd’hui d’une somme extraordinaire de 36 millions sterling, 864 millions de France, insuffisante encore pour combler seulement le déficit de l’année ; la difficulté de remplir ces emprunts, puisque le dernier perd aujourd’hui 10 pour cent, et que leur change, vraie boussole de la prospérité des peuples, perd 18 pour cent; tout prouve que si l’Angleterre, pour retenir la Belgique, provoquait une guerre nouvelle, elle pourrait aussi compromettre, dans une seule campagne, toutes les forces de sa monarchie, et consommer enfin la ruine de ce grand échafaudage politique et financier, qui ne repose que sur du papier, des marchandises et sur l’achat ou le loyer des soldats russes , prussiens et autrichiens: plus de crédit, plus d’armées. Et qu’il était prêt d’être anéanti ce crédit, sans les malheurs de l’année dernière !!!

Ou la Belgique sera réunie encore à la France, ou elle sera une province anglaise comme la Hollande. Mais quelles inquiétudes ne doit pas donner la politique artificieuse de l’Angleterre si notre beau pays reste en ses mains ? Vous pourrez peut-être, SIRE, lui pardonner sa domination exclusive et despotique sur les mers, elle est nécessaire à son indépendance politique, même à son existence comme nation ; mais l’Europe peut-elle souffrir ses envahissemens continuels sur le continent ? Les Anglais sont maîtres du cap de Bonne-Espérance, de l’île de France, du golfe Persique, de tous les points maritimes de l’Inde et d’une énorme étendue de territoire. Ils ont en leur possession Gibraltar, Messine, l’île de Malte, Corfou, etc. ; ils se sont approprié le commerce exclusif des deux mondes, et cependant leur ambition n’est pas satisfaite.

Il leur faut encore le royaume de Hanovre; et, sous le nom du prince d’Orange, il leur faut aussi le royaume des Pays-Bas.

Vous ne le souffrirez point, SIRE, nous ne le voulons pas, et la France entière marchera au secours de ses frères opprimés.

Si notre réunion à votre empire n’était pas maintenue, la Belgique serait constamment l’arène où l’Angleterre, la Prusse et la Hollande viendraient disputer avec vos armées de leurs intérêts. Enveloppés dans cette lutte sanglante, il ne se tirerait pas un coup de canon en Europe que nous n’en soyons les victimes. Réunis à la Hollande, nous sommes perdus, ruinés à jamais; réunis à la France, comme elle nous sommes invincibles.

Et qui pourrait nous ravir l’existence que notre volonté, le pacte social avec la mère-patrie et votre puissance nous avaient assurée? Certes le congrès de Vienne n’a pu rompre ces liens sacrés ; ces engagemens que vous, SIRE, et tous les Français, avez pris avec nous de défendre nos départemens et de nous protéger ; nous avons le même droit à ce secours, à cette protection, que l’Alsace , la Lorraine ou la Bretagne. Vous nous devez aide et assistance, comme nous vous l’avons donnée par notre or, par nos guerriers, et la France entière nous l’a jurée?

En quelle qualité Louis, le XVIIIème du nom, ce roi anglais, a-t-il pu disposer de nous? Et de quel droit une chambre de députés sans pouvoirs, comme sans patriotisme, a-t-elle osé nous ôter le titre de citoyens français que nous avons acquis au prix de notre sang ? Nos assemblées, vraiment nationales ont reconnu, ont consacré notre réunion à votre empire. Et ces mêmes puissances qui veulent aujourd’hui trafiquer de notre patrie, comme elles le font de l’existence et de la liberté de tant d’autres peuples, l’ont reconnue par plusieurs traités solennels.

Votre majesté n’abandonnera pas sans retour des peuples qui, pendant des siècles; appelèrent la France leur mère-patrie, qui lui sont intimement réunis depuis vingt ans, qui vous ont reçu deux fois au milieu des acclamations de leur amour, et qui seront toujours glorieux de se dire les sujets fidèles du plus grand, du plus sage et du plus éclairé des monarques, d’un prince formé à l’école de l’expérience.

Dans cette nouvelle époque de votre règne, vous proclamez, SIRE, les éternels principes de la liberté des peuples, vous allez devenir leur appui contre l’oppression toujours croissante de ces souverains qui semblent ne s’être réunis que pour trafiquer des nations comme des troupeaux, qui se les vendent en détail et par têtes, tantôt pour de l’or ou en remboursement d’emprunts, tantôt en échange de territoire. L’Italie, la Belgique, la Saxe, la Pologne vous tendent les bras, vous demandent protection, écoutez leurs plaintes amères, écoutez leurs vœux ; et nous, SIRE, qui sommes Français depuis vingt ans, ne souffrez pas qu’on nous sépare de la grande famille à laquelle nous avons tout sacrifié, et dont vous préparez le bonheur.

Jadis nous faisions partie des assemblées du champ de mai; alors nous étions Français; votre voix vient de retentir dans nos cœurs, et le mois de mai verra encore les Belges, réunis à leurs frères, saluer leur Empereur, l’élever sur le pavois, et jouir enfin d’un bonheur constant sous son égide.

Nous sommes avec un profond respect,

SIRE,

DE VOTRE MAJESTÉ,

Bruxelles, le 27 mars 1815

Les très-humbles et fidèles sujets des départemens français composant l’ancienne Belgique (Ici suivrait un million de signatures si nos plaintes, si nos vœux n’étaient regardés comme des crimes par nos tyrans ombrageux [note : les Pays-Bas].)

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13773

avr 12 2015

Communiqué

La Direction du R.W.F. qui s’est réunie à Namur ce jeudi 26 mars 2015 a exprimé l’analyse suivante :

Constate que l’enfermement de la Wallonie et de Bruxelles dans le système belge ne leur permet pas de quitter le peloton de queue de l’Europe en matière économique et sociale ;

Regrette que les ministres fédéraux francophones aient engagé la Wallonie et Bruxelles dans un processus, certes ancien mais aggravé, de servitude volontaire à l’égard de leurs maîtres flamands ;

Rappelle, à titre d’exemple, qu’aujourd’hui plus de 90% de la fonction administrative fédérale est sous tutelle de ministres néerlandophones ;

Considère avec inquiétude que la frénésie beneluxienne sur les plans de la diplomatie et de la politique de défense nous ramène 50 ans en arrière et contribue à la négation des intérêts wallons véritables ;

Observe que la N-VA s’empare avec patience et cynisme d’un grand nombre de rouages de l’État central afin de les démanteler plus facilement au moment venu ;

Dénonce l’aveuglement récurrent des élites et médias de Wallonie et de Bruxelles, trop souvent fascinés par le nationalisme flamand et ignorant dans le même temps les intérêts francophones et wallons ;

Invite les élus des partis officiels encore inspirés par les objectifs du mouvement wallon à sortir de leur mutisme actuel, à proclamer leur attachement à l’identité wallo-française de notre population ;

Fait confiance au peuple wallon pour rejeter tout retour au belgicisme et au monarchisme intempestifs affichés par les pouvoirs officiels tant à Namur qu’à Bruxelles ;

Croit fermement à la possibilité pour la Wallonie et Bruxelles de se doter d’un programme de redressement dans le cadre d’une fierté retrouvée et d’un avenir meilleur ;

Se déclare déterminée à convoquer en temps utile une assemblée élargie au mouvement réunioniste afin d’examiner les voies et moyens les plus adéquats, d’ici aux prochaines élections, pour assurer la promotion de la cause du Rassemblement Wallonie-France et donc de l’union entre la Wallonie et la France.

 

 

Paul-Henry Gendebien,

Président fondateur du R.W.F.

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13645

déc 29 2014

Papa Michel et Olivier Maingain vous souhaitent une bonne année 2015 !

Le R.W.F. souhaite ses meilleurs voeux fondés sur les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité à ses amis et sympathisants.
Après 15  ans d’existence du parti, le message de l’alternative positive à la déliquescence de l’Etat belge, l’union avec la France, est dans tous les esprits en Wallonie.
La configuration du confédéralisme à la flamande voulue par Bart De Wever et ses comparses, ouvre également toutes les hypothèses, dont celle du rattachement de la Wallonie à la France.

Nous comptons déjà un allié passif au sein du MR, un certain Louis Michel qui a évidemment choisi la carrière contre ses idéaux hérités de Jean Gol :
« Si à un moment donné, j’ai le choix entre un État wallon replié sur lui-même et la France, je choisirai la France. […] À choisir entre le cul-de-sac wallon et la France, je choisis la France. »
(Le Soir, 26 août 1996).

Quelques années plus tard, un autre président de parti allait dans le même sens :
« Si sous la poussée du nationalisme flamand, l’Etat belge va vers l’éclatement, je ne suis pas non plus partisan de la République des bords de Meuse avec José Happart comme président […] Alors autant participer à la vie d’un grand Etat et d’une grande nation comme la France. »
(Olivier Maingain, président du FDF – RTL, 8 décembre 2002)

N’en doutons pas, l’Histoire donnera un jour raison à ces deux brillants visionnaires…

Les Belges plus pessimistes que les Français en 2015 !

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13336

Articles plus anciens «