Le roi Louis a eu la peau de Crucke qui a de quoi se consoler

Flanqué de son président Georges-Louis Bouchez, le ministre wallon du Budget Jean-Luc Crucke a annoncé sa démission devant la presse avant de se lancer dans une sorte d’autocritique stalinienne, avec notamment une phrase quasi dictée du style « J’ai toujours eu des opinions qui étaient qualifiées comme ‘à la marge’ [sic] au sein de ma formation politique […] Jusqu’ici, ça faisait également ma force. Mais celle-ci met désormais mon parti, mais aussi par ricochet la majorité gouvernementale, parfois en difficulté. »
Si le roi (Georges) Louis (Bouchez) a eu la peau du régionaliste Crucke, celui-ci pourra néanmoins se chauffer et se gaver à la Cour constitutionnelle où il siégera comme juge. Adieu donc la vie politique et ses crocs en jambe perpétuels. Un beau strapontin couvert de feuilles d’or, c’est la meilleure façon pour un parti traditionnel de se débarrasser des emmerdeurs…
Auparavant, Denis Ducarme avait réagi aux propos de Georges-Louis Bouchez sur Eric Zemmour. Boucher le trouve « cohérent dans ses idées » alors que Valérie Pécresse, candidate LR, serait une girouette. Denis Ducarme a fustigé des propos « très malvenus », qui selon lui, ont « mis mal à l’aise bon nombre de libéraux », rappelant que Zemmour avait été condamné pour incitation à la haine raciale.
Mais rassurez-vous : le MR de l’unitariste Bouchez est très clairement pro-Macron. En 2024, quand l’Europe, comme l’État belge, aura perdu de nouveaux boulons, peut-être qu’il se rendra à Paris pour évoquer la réunion de la Wallonie à la France. Si toutefois il est encore président du MR…

Illustration : Cour Constitutionnelle