Le futur chef de file Ecolo/Groen au Parlement: prendre au sérieux les électeurs du Vlaams Belang

Article du Zondag – 30 mai 2021

Wouter De Vriendt, chef de file Groen au Parlement flamand : « Vous ne pouvez pas me dire qu’un vote pour le Vlaams Belang rend quelqu’un heureux. »
L’accession de Wouter De Vriendt à la présidence des députés Groen le place en position de succéder au francophone Gilles Vanden Burre comme chef de groupe Ecolo/Groen quand le tour de rôle reviendra aux néerlandophones.

Dans une conversation avec De Zondag, Wouter De Vriendt (Groen) explique pourquoi il considère le Vlaams Belang si dangereux et pourquoi la coalition Vivaldi est nécessaire à la survie de la Belgique.

[après avoir dit que le Vlaams Belang incitait à la violence]
La conversation tourne bientôt autour du soldat fugitif Jürgen Conings.

« Je suis inquiet », déclare De Vriendt (43 ans), chef de file Groen à la Chambre, à l’hebdomadaire flamand De Zondag : « Nous sommes tous inquiets. Nous avons affaire à un soldat d’extrême droite qui est en fuite avec des armes de guerre. C’est une situation terroriste. C’est aussi un coup dur pour l’image de la Défense. Elle mérite mieux. Il est inexplicable qu’un homme qui figure sur la liste des terroristes de l’OCAM soit autorisé à accéder au dépôt d’armes ».

Cela indique-t-il un problème d’extrême droite dans l’armée ? demande le journal.

« C’est une petite minorité, mais c’est définitivement un problème. Le ministère de la défense doit placer la barre plus haut. Un extrémiste n’est pas le bienvenu dans l’armée. »

De Vriendt craint la montée de l’extrême droite : « Regardez les sondages : le Vlaams Belang gagne en soutien. Mais n’oubliez pas : tous ne sont pas des extrémistes et des fascistes. Ce sont souvent des gens qui ont baissé les bras. La société les a perdus. Nous, les politiciens, mais aussi les médias, ne pouvons plus les atteindre. Ils sont submergés par les fausses nouvelles. C’est un problème sérieux. Nous devons les récupérer.

Est-ce possible ?

Je suis un optimiste de nature. Je crois aussi en la bonté des gens. La politique peut contrer l’extrémisme. J’ai tout autant peur du djihadisme et de l’extrémisme de gauche. Prêter attention au langage utilisé est une chose. Les mots sont importants. Les politiciens qui crient que Vivaldi n’est pas démocratique ne doivent pas s’étonner que les gens se détournent de la politique. Si les politiciens adhèrent à l’idée erronée selon laquelle les nouveaux arrivants (migrants) reçoivent tout ce qu’ils veulent, ils font le lit d’un seul parti : le Vlaams Belang. Et nous sommes tous victimes de ça, n’est-ce pas ?

Mais le langage utilisé ne suffit pas. Nous devons également nous pencher sur la politique sociale. Beaucoup de personnes abandonnent, car elles ne se sentent plus chez elles dans leur propre quartier. Je comprends cela. Des concepts tels que l’identité et la communauté sont trop rapidement rejetés comme étant dépassés et démodés. C’est faux. C’est pourquoi j’ai trouvé la campagne publicitaire corona de onze millions de Belges si précieuse. C’est la création d’une équipe. Cela a été ridiculisé par d’autres partis, précisément parce que cela touche une corde sensible. Mais savez-vous ce que nous devons faire avant tout ? Prendre les gens au sérieux, y compris les électeurs du Vlaams Belang. Ne pas montrer de dédain, mais du respect. Ne vous pas se moquer, mais engager un dialogue.
Il existe une règle non écrite qui dit qu’un politicien doit se concentrer sur ses électeurs potentiels. Je m’en fiche. Je veux me concentrer tout autant sur les électeurs du Vlaams Belang, même s’ils ne voteront jamais pour moi. Il y a des députés qui refusent, par principe, de serrer la main des partisans du Vlaams Belang. Je pense que c’est mal de refuser de serrer la main par principe. Ce n’est pas une façon de montrer du respect pour les électeurs qu’ils représentent.

Le Vlaams Belang est-il un danger pour notre démocratie ? demande De Zondag.

Le Vlaams Belang est définitivement un danger pour notre démocratie : des déclarations rances. des liens avec des milices telles que Schild & Vrienden. Le programme du parti et la vision répressive de la migration. Le Vlaams Belang est une menace pour notre société ouverte et tolérante. Le parti nourrit la haine en montant les gens les uns contre les autres. Le Vlaams Belang ouvre la voie à l’agression et à la violence.

Le président Tom Van Grieken dit qu’il ne veut pas utiliser la violence. De Zondag lance le sujet.

De temps en temps, le Belang est exposé. Il laisse passer les manifestations pour Jürgen Conings, je vois aussi son soutien pour Schild & Vrienden. Il tolère un culte de la violence. C’est dangereux. Au fait, vous ne pouvez pas me dire que quelqu’un devient heureux en votant pour le Vlaams Belang. [ndlr : quelle naïveté !]

Que pense le député Groen de la condamnation de quatre personnes (Voorpost) pour avoir déployé la bannière « stop à l’islamisation » (à Malines)?

Je n’ai pas lu le verdict, donc je ne connais pas le contexte. La critique de l’islam est certainement autorisée. Nous devons faire attention à ne pas emprunter une pente glissante. En même temps, nous devons être stricts avec ceux qui enfreignent la loi, y compris sur les médias sociaux. Les discours de haine doivent être combattus plus durement.

Le Belang suscite lui-même de nombreuses réactions de colère sur les médias sociaux.
Je trouve étrange qu’on me traite souvent de traître. Je ne pense pas ça de moi. J’aime la Belgique. C’est aussi pourquoi je suis un Vivaldiste convaincu.
Ce gouvernement est la dernière chance de la Belgique. Si le Vlaams Belang et la N-VA obtiennent la majorité, alors c’est fini.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)