Energie verte : l’Etat belge à la traîne

Eurostat vient de publier un dossier (page 3 du pdf) sur la part des sources renouvelables dans l’énergie européenne.
Alors que le marché du carbone (crée pour inciter la réduction des émissions de CO2) se trouve à l’arrêt, la part des énergies renouvelables  (éolien, solaire, biomasse) dans la production énergétique européenne continue d’augmenter. En 2011, 13% de l’énergie européenne était d’origine renouvelable.
Cette évolution s’inscrit dans le respect des objectifs européens. D’ici 2020, la part des énergies renouvelables devra représenter 20% de la production énergétique totale de l’Union européenne. Les Etats, plus ou moins avancés sur le sujet, comme la France qui a cet objectif en tête, ont donc des projets nationaux assez ambitieux à développer dans les années à venir.
Les pays à la traîne comme l’Etat belge s’exposent à des représailles de la Commission. Dès cette année, la Commission pourra rappeler aux Etats leurs engagements pris, ce qui pourra entraîner des sanctions juridiques.
La France, qui se classe dans la moyenne européenne, atteint quant à elle 13,4% d’énergies renouvelables. Elle est donc à mi-parcours par rapport à son objectif de 23% en 2020.
La Belgique quant à elle se situe à 6,8% pour un objectif plus que modeste de 13%. Elle se trouve ainsi dans le fond du panier des pays de l’Union européenne en ce qui concerne l’énergie verte.

Photo : signe de détresse d’Olivier Deleuze à la lecture du rapport d’Eurostat (ECOLO)