Août 12 2013

Evasion fiscale : rira bien qui rira le dernier

Les médias officiels francophones belges s’en sont donné à coeur joie qu’and ils ont vu débarquer à Bruxelles les milliardaires français qui fuyaient la pression fiscale en France sur les très hauts revenus.
Aujourd’hui, on apprend, mais le fait n’est pas nouveau, que 249 dirigeants d’entreprise belges, actifs dans 463 entreprises belges, ont établi leur adresse officielle à Monaco, écrit De Tijd samedi, après une recherche dans la base de données de Graydon.
De Tijd souligne que les habitants de Monaco ne paient pas d’impôt sur les personnes physiques et leurs héritiers pas de droits de succession. Monaco ne fait en outre pas de problèmes si les hommes d’affaires travaillent avec des sociétés offshore (sportifs, acteurs, chanteurs).
Rappelons que Monaco n’est pas une destination privilégiée pour les citoyens français, car ceux qui s’y installent sont soumis aux impositions directes exactement comme s’ils étaient en France (à la suite d’accords fiscaux signés avec la France en 1963) ou doivent obtenir de changer de nationalité, ce qui n’est octroyé qu’après une sélection extrême.

Quelques noms connus figurent sur la liste du Tijd. On retrouve Eddy Merckx, Willy Van den Wijngaert (ex-KV Mechelen, Biscuits Bofin), Frank Bamelis (Club de Bruges, Senior Assist) et Frans De Cock (Unilin).

Photo : le très brillant Eddy Merckx en compagnie du Prince de Monaco