Avr 28 2013

Paul-Henry Gendebien et l’avenir de l’Etat belge (2007)

Paul-Henry Gendebien, notre Président fondateur, répond à trois questions fondamentales au sujet de l’avenir de l’Etat belge :
La Belgique est-elle un modèle pour l’Europe ?
L’Europe bougera-t-elle en cas de scission de la Belgique ?
Les Français voudront-ils de nous ?

Interrogé sur la France par La Libre de ce week-end, Elio Di Rupo noircit le tableau hexagonal en prétendant que l’Etat belge est le modèle de la classe européenne.
En réalité le Premier ministre se cache prudemment derrière les chiffres belges dopés par une certaine prospérité de la Flandre.

Voici notre comparaison de la Wallonie par rapport à la République :

– dette publique plus élevée en Wallonie qu’en France et dette cachée faramineuse de notre Région
– taux de chômage presque deux fois supérieur
– PIB (produit intérieur brut) wallon inférieur à quasi toutes les régions françaises (Eurostat 2012 : PIB des régions)
– particratie wallonne et nombre de mandats (dans les intercommunales, les parastataux) effrayants
– clientélisme sans honte
– enseignement dans le fond du panier européen (la France est dans la moyenne)
– Pas de politiques sportive tant au niveau amateur que professionnel
– beaucoup moins d’argent pour la culture
– politique environnementale avec peu d’impact
– autoroutes en forme de gruyère, etc.

Au niveau fédéral :

– justice totalement inefficace
– moins de moyens pour les forces de l’ordre
– laxisme en matière de sécurité (nos aéroports sont des passoires, nos gares ne sont pas surveillées)
– nombre de morts au volant très élevé
– absence indécente de débats démocratiques et alternatifs dans nos médias
– armée belge fondue dans celle des Pays-Bas
– neutralité/communautarismes en place d’une vraie laïcité
– Fiscalité française plus redistributive
– Inexistence du Fonds de vieillissement (le paiement de nos pensions n’est pas garanti à long terme), etc.

Note : vous pouvez compléter ces deux listes…