La Wallonie entre de bonnes mains

Le ministre-président wallon concède que le plan Marshall et le Contrat pour l’avenir n’ont pas obtenu une adhésion suffisante. Sera-ce le cas de « Get up Wallonia ! »? L’enjeu majeur serait pourtant ailleurs : le sursaut de l’enseignement francophone [ndr : qui a surtout besoin d’un refinancement et placera la Wallonie vis-à-vis de la Flandre dans une position de « demandeuse » en 2024].

C’est sans doute une première, concédée du bout des lèvres: dans un entretien à La Libre ce lundi, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS), concède que les plans mis en place pour redresser la Wallonie n’ont pas obtenu les effets espérés. Il en fut pourtant l’un des principaux protagonistes. « Pourquoi les plans précédents (Contrat d’Avenir, Marshall) n’ont-ils pas porté leur fruit ? Parce que, vraisemblablement, nous n’avons pas eu le temps de faire adhérer à ces plans un nombre important d’acteurs économiques et sociaux », souligne-t-il.

La suite dans Le Vif (abonnés)    

Le titre est du RWF