Bpost : « beter bestuur » à la flamande

Le patron de Bpost, Jean-Paul Van Avermaet, a déclaré à trois reprises le 4 novembre, alors que le lockdown était déjà en cours, qu’il ne s’attendait pas à un nouveau pic de colis.
C’est ce que Michael Freilich, député de la N-VA, a déclaré cet après-midi au Parlement. Freilich a parlé de la mauvaise gestion au sommet de Bpost. Van Avermaet a fait des déclarations aux analystes spécialistes de Bpost. Ils lui ont demandé à plusieurs reprises ce qu’il attendait du nouveau lockdown en Belgique, qui a obligé le commerce non essentiel à fermer ses portes.
Dans l’entretien téléphonique avec Van Avermaet, ce dernier dit littéralement qu’il ne s’attendait pas à une explosion de l’envoi de colis. La croissance du flux de colis devait rester la même. « Nous ne nous attendions pas à un nouveau pic », a déclaré M. Van Avermaet.
C’est hallucinant d’entendre qu’il dit jusqu’à trois fois qu’il ne s’attendait pas à un grand pic alors que le lockdown était déjà un fait », dit Freilich. Deux semaines plus tard, Bpost a dû constater que de nouveaux records étaient battus jour après jour. Mercredi soir, Van Avermaet a déclaré dans le programme d’information Terzake « que personne ne s’attendait à une deuxième vague ». (sic)

En attendant, Bpost est complètement débordé. Pour preuve, les colis expédiés de France ne seront plus livrés ou alors avec difficulté.

Voici une entreprise semi-publique qui tourne carré, alors qu’elle est entre les mains de nos beste vrienden…

Source : Standaard