Coens et Lachaert : plus d’autonomie pour la Flandre

Les francophones qui, suite à la crise du coronavirus, espéraient naïvement une refédéralisation de certaines compétences, notamment dans le domaine de la santé, en sont pour leurs frais.
Hier, dans une tribune publiée par le Standaard  intitulée comiquement « La pâte de dentifrice ne doit pas rentrer dans le tube » (ndr : article reproduit au milieu de  la page Twitter), Joachim Coens, président du CD&V, a plaidé pour… une régionalisation complète de la politique de la famille et de la santé.
De son côté, dans un entretien accordé à la revue nationaliste flamande Doorbraak (ndr : tweet de Karl Drabbe), le nouveau président de l’Open VLD, Egbert Lachaert, s’est dit favorable à une régionalisation élargie du marché du travail et à une autonomie fiscale maximale pour la Flandre. Il contrebalance cette position en disant que l’on pourrait refédéraliser quelques compétences sans préciser lesquelles, bien évidemment…

Pour l’anecdote qui n’en est pas une, c’est le flamingant Vincent Van Quickenborne qui remplacera Egbert Lachaert comme chef de groupe à la Chambre. Grand ami de Lachaert, c’est la récompense de sa non-candidature à la présidence du parti libéral flamand.