Fév 14 2020

Une première : Geens devance le roi mat

Le roi avait abruptement écourté la mission de Coens-Bouchez il y a quelques jours.
Voici la réponse du  berger à la bergère : Geens rend son tablier au roi quelques jours avant la fin de sa mission…

Le ministre Koen Geens (CD&V) n’est plus commissaire royal. Ce soir, il a remis son rapport final au roi Philippe qui a accepté la demande de Geens d’être déchargé de sa mission. Soit, trois jours avant l’échéance fixée par le roi. La prochaine étape dans la recherche d’un gouvernement fédéral n’est pas encore claire. En réalité, la confusion est à son plus haut point. N’est-ce pas le première fois qu’un chargé de mission par le roi démissionne avant l’échéance.
Lundi, le roi reprendra les consultations. Lors de sa conférence de presse, Geens faisait une croix sur la piste violette-jaune (N-VA-PS). « Mes plans ont été contrecarrés par les déclarations d’un parti » disait-il. En effet, les déclarations de Magnette de ce matin sonnaient comme un veto contre la N-VA. Le ministre catholique a lui-même demandé une audience, l’initiative n’est donc pas venue du roi.

La CD&V va-t-il continuer à faire les yeux doux à la N-VA en cette fête de la Saint-Valentin ? « C’est une question qu’il faut poser au président du CD&V Joachim Coens. » Et Geens de poursuivre : « Pour la stabilité du pays, il était approprié que la N-VA soit présente (sic). On peut me traiter de rêveur, mais en termes de contenu, je pensais qu’une coalition était possible. Certains (du CD&V), cependant, n’étaient pas du même avis. »

Pourtant, Geens refuse de jeter l’éponge, selon lui les élections ne sont pas encore à l’ordre du jour. « Je ne considère pas cette issue. Ce ne serait pas bon pour la stabilité du pays ».
« Je suis désolé de ne pas avoir pu consulter tous les partis sur tout. Lundi, je voulais présenter mon rapport final au roi. Mais en toute clarté, je ne veux pas jeter la pierre à qui que ce soit »

Geens avait reçu un ordre « ouvert » du roi. Il devait découvrir quelles coalitions étaient encore possibles. PS et MR espèrent qu’il continuera à travailler sur une coalition Vivaldi, incluant les socialistes, les verts, les libéraux et le CD&V.
Seulement, son propre parti, le CD&V, n’est pas de cet avis. Le sommet du parti n’a pas voulu rompre avec la N-VA et a sifflé le retour de Koen Geens.

Source : HLN

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)