Le cartel CD&V-N-VA secrètement reconstitué ?

Article de tête du Standaard du 30 janvier 2020

Comment le CD&V et la N-VA ont à nouveau uni leurs forces
Après des années de chamailleries, le CD&V et la N-VA redeviennent soudainement les meilleurs amis du monde. Ce n’est pas une coïncidence : à l’approche du Nouvel An, leurs présidents ont scellé une nouvelle alliance.

Hoe CD&V en N-VA de handen weer in elkaar sloegen
Analyse : Na jaren gekibbel ziin CD&V en de N-VA plots weer de vrienden. Niet toevallig : rond Nieuwjaar bezegelden hun voorzitters de hernieuwd alliantie.

C’est un article de Simon Andries dans le Standaard du 30  janvier dernier (version papier) qui nous le révèlait.

Cette nouvelle « entente » entre le CD&V et la N-VA s’est traduite entre autres par la reconduction de deux ans du mandat de Luc Van den Brande (eh oui, il est toujours là) à la tête du CA de la VRT en pleine turbulence.
Pas plus tard que lundi, le Bureau du CD&V s’est réuni pour conclure, entre autres, que les deux partis flamands ne se lâcheraient pas. Une donne qui a changé les choses, c’est le départ en charentaises de Kris Peeters pour l’Europe. C’était l’ennemi juré de Bart De Wever. La populaire Hilde Crevits est devenue entre-temps la personnalité la plus influente du CD&V, plus que le nouveau président Joachim Coens, et elle est ravie de travailler au gouvernement flamand avec la N-VA. Pour l’anecdote, Coens était son favori à la course à la présidence et durant toute sa campagne, Coens n’a cessé de montrer patte blanche à la N-VA. Il faut avouer que comme patron de Zeebrugge, il entretient des contacts réguliers avec De Wever, Jambon et Bourgeois.

Juste après le Nouvel An, Coens a rencontré De Wever, tous les deux en tant que présidents de parti. Ils y décidèrent de renforcer les liens entre le CD&V et la N-VA ! L’influence de Crevits y a été déterminante dans la mesure où elle ne supporte pas Rutten, la présidente du VLD. De son côté, Koen Geens n’a quasi plus parlé de la coalition arc-en-ciel depuis le 6 décembre 2019. Comme si on lui avait donné de nouvelles consignes…
Et l’objectif de Crevits ? Avoir des liens forts avec la N-VA au niveau du gouvernement flamand et éviter que son parti soit « brûlé » au fédéral si elle laisse la N-VA dans l’opposition. D’autant qu’un sondage du Laatste Nieuws a montré que 71% des bourgmestres catholiques flamands sont contre un gouvernement arc-en-ciel ! L’intérêt commun consiste en partie à mettre le VLD dans le fossé.

Un Bart Tommelein (VLD) dépité ne disait-il pas récemment à Radio één : « Je constate que dans certaines situations le cartel CD&V-N-VA est complètement (volledig) de retour. »