Jan 11 2020

Dixit Bart

Le prochain gouvernement fédéral doit poursuivre une politique sociale plus forte, en accordant la priorité à l’augmentation des pensions les plus basses. C’est ce qu’a annoncé le jésuitique président Bart samedi soir lors de la réception du Nouvel An de la N-VA au Nekkerhal à Malines devant plus de 5.000 membres. Il a réitéré que la N-VA n’acceptera pas un gouvernement qui n’est pas majoritaire en Flandre ou qui ne répondra pas suffisamment aux besoins du peuple flamand. « Nous ne tolérerons pas non plus que l’on s’attaque à l’économie flamande, à notre esprit d’entreprise et à notre prospérité. »

Dans son discours, Bart a semblé tendre la main aux socialistes en évoquant le relèvement des petites pensions (ndr : histoire de dire qu’il est toujours dans le coup pour la formation d’un gouvernement avec le PS). En même temps, il a assuré que la N-VA est un parti « qui n’entrera jamais dans un gouvernement uniquement pour l’honneur et la gloire des chefs de parti qui voudraient devenir ministre ou même premier ministre », ce qui peut être considéré comme une référence à ses partenaires flamands de la coalition (ndr : le VLD est ici le principal visé avec les prétentions supposées de Gwendolyn Rutten au poste de Premier ministre).

Bart a fait remarquer que la N-VA a trouvé une solution à l’ingouvernabilité démocratique de la Belgique (pour Bart, il existe deux démocraties en Belgique et il n’a pas tort). Là où d’autres doivent maintenant admettre ouvertement qu’ils ne l’ont pas du tout (la solution). Il en a marre des mesures provisoires qui ne profitent à personne. Bart a saisi l’occasion pour rappeler que la N-VA, n’avait pas peur de prendre ses responsabilités.

Le grand homme d’Anvers était fier de ce que la N-VA avait réalisé sous le gouvernement précédent et espérait que le prochain gouvernement serait en mesure de poursuivre encore plus fort sur la voie de la reprise socio-économique. « Parce que c’est la seule façon d’avoir de l’espace pour une politique sociale plus forte, notamment en  augmentant prioritairement les faibles pensions. »
Rappelons que les retraités flamands, la Flandre étant une population vieillissante, sont largement plus nombreux que les Wallons même si sa proposition peut paraître rassembleuse. D’ailleurs, personne ne réclame ouvertement la scission des pensions du côté flamand.
Bien joué Bart ! Mais les Wallons ne sont pas des pigeons…

Source : Gazet van Antwerpen