Déc 01 2019

De Smet : il faut sauver Belgium, le nouveau défi

La meilleure manière de défendre les francophones auxquels DéFI reste attaché (ndr : c’est bien de le préciser) est de sauver le pays, a affirmé dimanche François De Smet, élu à la tête du parti avec 62,3% des voix . « C’est en Belgique que les francophones veulent vivre, pas en République flamande, mais pas non plus dans un état Wallonie-Bruxelles constitué en réaction et en dépit face à la victoire supposée inéluctable du nationalisme flamand (sic) », a souligné De Smet dans son discours d’investiture.
Sauver le pays, telle n’est pas la vocation du R.W.F. qui considère que les jeux sont faits : une majorité flamande souhaite ardemment une Belgique « coquille vide ». Où les derniers postes régaliens (Défense nationale, Affaires étrangères, etc.) seront entre ses mains. Le suprême défi pour nos « beste vrienden » consistera à ne plus verser un euro à la Wallonie (confédéralisme à la sauce flamande). La Belgique coquille vide sera avalisée par la plupart des partis au nom du sauvetage de la marque non déposée « Belgium ».
En 2024, ou avant si le gouvernement tombe en cours de nouvelle législature, une majorité nationaliste flamande se dessinera avec le maintien électoral de la N-VA et l’émergence du Belang qui auront à eux deux une majorité en Flandre. Mais la Flandre devra attendre l’affaissement de l’Union européenne qui s’est conduite comme une marâtre vis-à-vis de la Catalogne pour espérer prendre son indépendance.
Il est utile ici de préciser que le nouveau Président de DEFI, François De Smet n’a jamais lutté pour la moindre revendication francophone. C’est un universitaire sans état d’âme ni idéologie.
Quant à Olivier Maingain, nous lui donnons un coup de pied au derrière, lui qui a tant baisé le sabot de l’âne : la scission de BHV, les accords du Lombard qu’il a votés et qui induisaient la surreprésentation des Flamands au gouvernement bruxellois et la présence d’un échevin dans chaque commune de la Région de Bruxelles-Capitale moyennant finances….
Entre-temps, en tant que népotiste éclairé, Il n’a bien entendu pas perdu l’occasion de placer son fils Fabian sur orbite à Bruxelles-Ville.
Enfin, le rattachiste honteux qu’est Maingain pour autant qu’il ne nous ait pas menti ! a toujours placé ses convictions « réunionistes » après la politique du provisoire qu’il a menée sous sa satrapie pour sauver son modèle belge.
Il ne lui reste à ce triste sire qu’à continuer à faire l’histrion sur les scènes théâtrales bruxelloises comme il l’a annoncé dans plusieurs médias…
L’Escurial de Ghelderode lui conviendrait assez bien !

Maingain dans tous ses états

Note : Lucien Outers, Basile Risopoulos, Etienne Persoons et André Lagasse, figures majeures du FDF avaient tous une sensibilité profondément réunioniste.
Sauf Antoinette Spaak, compagne du belgicain Etienne Davignon, et Olivier Maingain.

 

 

 

 

 

r