Archives de la Catégorie : Echo de flandre

jan 23 2016

Revue de presse sous la loupe wallonne et réunioniste

Le mouvement pluraliste Alliance Wallonie-France suit l’actualité au jour le jour sous l’angle wallon et réunioniste.
C’est également un lieu de débat fructueux.
Le R.W.F. a son propre périodique. Il n’est pas lié de facto à toutes les prises de position de ce mouvement.
Voici le lien :

A.W.F.

Autre site réunioniste et sa revue de presse : GEWIF (Jules Gheude)

Numérisation de la revue Wallonie-France (1993-2010) par Cédric Chopin
(la couverture d’origine est en couleur)
Cette revue était indépendante du R.W.F.
Rédacteur en chef : André Schreurs (1993-2000)
Jacques Liénard (2000-2010)

n° 91 – juillet-août 2010

n° 90 – juin 2010

n° 89 – mars-avril 2010

n° 88 – janvier-février 2010

n° 87 – novembre-décembre 2009

n° 86 – septembre-octobre 2009

n° 85 – juillet-août 2009

n° 84 – mai-juin 2009

n° 83 – mars-avril 2009

n° 82 – janvier-février 2009

n° 81 – novembre-décembre 2008

n° 80 – septembre-octobre 2008

n° 79 – juillet-août 2008

n° 78 – mai-juin 2008

n° 77 – mars-avril 2008

n° 76 – janvier-février 2008

n° 75 – novembre-décembre 2007

n° 74 – septembre-octobre 2007

n° 73 – juillet-août 2007

n° 72 – mai-juin 2007

n° 71 – mars-avril 2007

n° 70 – janvier-février 2007

n° 69 – novembre-décembre 2006

n° 68 – septembre-octobre 2006

n° 67 – juillet-août 2006

n° 66 – mai-juin 2006

n° 65 – mars-avril 2006

n° 64 – janvier-février 2006

n° 63 – novembre-décembre 2005

n° 62 – septembre-octobre 2005

n° 61 – juillet-août 2005

n° 60 – mai-juin 2005

n° 59 – mars-avril 2005

n° 58 – janvier-février 2005

n° 57 – novembre-décembre 2004

n° 56 – septembre-octobre 2004

n° 55 – juillet-août 2004

n° 54 – mai-juin 2004

n° 53 – mars-avril 2004

n° 52 – janvier-février 2004

n° 51 – novembre-décembre 2003

n° 50 – septembre-octobre 2003

n° 49 – juillet-août 2003

n° 48 – mai-juin 2003

n° 47 – mars-avril 2003

n° 46 – janvier-février 2003

n° 45 – novembre-décembre 2002

n° 44 – septembre-octobre 2002

n° 43 – juillet-août 2002

n° 42 – mai-juin 2002

n° 41 – mars-avril 2002

n° 40 – janvier-février 2002

n° 39 – novembre-décembre 2001

n° 38 – septembre-octobre 2001

n° 37 – juillet-août 2001

n° 36 – mai-juin 2001

n° 35 – mars-avril 2001

n° 34 – janvier-février 2001

n° 33 – novembre-décembre 2000

n° 32 – septembre-octobre 2000

n° 31 – juillet-août 2000

n° 30 – mai-juin 2000

n° 29 – mars-avril 2000

n° 28 – janvier-février 2000

n° 27 – novembre-décembre 1999

n° 26 – septembre-octobre 1999

n° 25 – juin 1999

n° 24 – avril-mai 1999

n° 23 – février-mars 1999

n° 22 – décembre 1998-janvier 1999

n° 21 – septembre-octobre 1998

n° 20 – mai-juin 1998

n° 19 – février-mars 1998

n° 18 – novembre-décembre 1997

n° 17 – septembre-octobre 1997

n° 16 – mai-juin 1997

n° 15 – février-mars 1997

n° 14 – novembre-décembre 1996

n° 13 – septembre-octobre 1996

n° 12 – mars-avril 1996

n° 11 – décembre 1995

n° 10 – septembre-octobre 1995

n° 9 – mai-juin 1995

n° 8 – février-mars 1995

n° 7 – décembre 1994

n° 6 – septembre 1994

n° 5 – juin 1994

n° 4bis – avril 1994 (hors série)

n° 4 – mars 1994

n° 3 – décembre 1993

n° 2 – septembre 1993

n° 1 – début 1993

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13926

juil 14 2015

Le traître Charles Michel (MR) va-t-il lâcher le traître Damien Thiéry à Linkebeek (MR) ?

La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, a mis mardi à exécution sa menace de dépêcher un commissaire de gouvernement dans la commune à facilités de Linkebeek (sud de Bruxelles), pour vérifier lors du prochain conseil communal si la présentation d’un candidat-bourgmestre a été valablement déposée.
Le conseil communal avait confirmé il y a quelques jours la décision du 4 mai de désigner Damien Thiéry (MR) comme bourgmestre faisant fonction. Mme Homans avait toutefois demandé de désigner un nouveau bourgmestre et, en attendant, de proposer un autre bourgmestre faisant fonction.
Depuis les élections communales de 2012, le gouvernement flamand a déjà refusé par deux fois la nomination de M. Thiéry au poste de bourgmestre de Linkebeek, pour infractions aux lois linguistiques.
Mme Homans envisageait deux solutions au problème : une modification du décret flamand sur les communes ou l’envoi d’un commissaire du gouvernement. Vu l’absence de consensus dans la majorité régionale (N-VA, CD&V, Open VLD) pour modifier le décret, c’est la deuxième solution qui a prévalu.
La ministre N-VA rappelle que le refus gouvernemental de nommer Damien Thiéry a été suivi par le Conseil d’Etat, réuni en assemblée générale bilingue.

Source : Le Soir

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13849

mai 21 2015

Grands Pays-Bas : les Wallons seront des Flamands qui parlent français

Nous l’avons dit à maintes reprises : les élites flamandes (il n’y a qu’elles qui feront l’Histoire) ont pour projet réaliste, nous semble-t-il, de reformer les Grands Pays-Bas d’avant 1830. Dans cette perspective, la Wallonie redeviendrait une minorité francophone négligeable dans un ensemble néerlandophone gigantesque.
Récent indice de cet amour immodéré de la Flandre politique pour ses amis du Nord : le ministre président flamand Geert Bourgeois a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe de Guillaume Ier, en la Nouvelle église de Delft, aux Pays-Bas. Il y a 200 ans, Guillaume Ier régnait sur les Pays-Bas et la Flandre (ou les Pays-Bas du Sud et du Nord, comme cela s’appelait à l’époque). Ces derniers avaient été réunis après la défaite de Napoléon en 1815. Mais 15 ans plus tard, en 1830, la Belgique devenait indépendante, et seuls les Pays-Bas du Nord subsistaient. Au nom du Parlement flamand, Geert Bourgeois rendait hommage ce mercredi aux réalisations de Guillaume Ier tout en oubliant que le régime français a davantage contribué à la formation de la Belgique actuelle, tant sur le plan administratif que judiciaire et économique.

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13676

mai 09 2015

Emir Kir négationniste du génocide arménien : une simple réprimande du PS !

Nous avions dénoncé depuis longtemps les accointances de certains membre de la N-VA avec un passé peu reluisant, celui de la collaboration sous l’occupation nazie. A cette occasion, nous n’avions pas épargné le président Bart de Wever lui-même. Mais il faut reconnaître que, de par son programme, le plus grand parti de Flandre ne peut être taxé de parti fasciste, n’en déplaise à notre bonne presse francophone garante de la bonne conscience de tous.
Aujourd’hui que Jan Jambon et Theo Francken se trouvent sur le gril sous la pression du PS pour des attitudes douteuses vis-à-vis de la collaboration, un pan d’histoire qui fait effectivement partie intégrante de l’Histoire du Mouvement flamand, il est utile de rappeler ici que M. Emir Kir, ancien secrétaire d’Etat d’un gouvernement bruxellois dirigé par le socialiste Charles Picqué, peut être largement soupçonné d’être un négationniste du génocide arménien (source : Wikipedia). Cela ne l’a pas empêché d’être deuxième candidat PS à la Chambre en 2014 et de devenir bourgmestre de Saint-Josse voici deux ans. Aux dernières nouvelles, Jan Jambon et Theo Francken, malgré leurs propos et attitudes sulfureux, ne nient aucun génocide, de quelque nature qu’il soit.
Pas sûr que le PS de M. Di Rupo sorte blanc de cette Histoire…
Pour mémoire, M. Kir s’est porté pâle lors de la minute de silence en mémoire au génocide arménien dont on commémore le centenaire.
Sa punition ? Une simple réprimande !

Le procès d’Emir Kir en eau de boudin

Aucun mandataire socialiste à la commémoration du génocide arménien en 2009 !

Kesterheide : hommages cryptés à Staf Declercq, le führer flamand ?
depuis la publication de cet article en 2010, plusieurs liens ont été supprimés

Photo : Emir Kir est à droite

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=12989

fév 23 2015

Onze beste vrienden, nos meilleurs amis !

Le match U15 (moins de 15 ans) entre Dilbeek et Rhode-Saint-Genèse (deux équipes du Brabant flamand à forte concentration francophone situées dans la périphérie de Bruxelles) a tourné à l’incident communautaire ce dimanche.
« Dès le début du match, l’arbitre a demandé à tous les enfants de parler en néerlandais », assure le père d’un joueur.
En début de seconde période, l’ambiance de la rencontre est devenue plus tendue. En douze minutes de jeu seulement, l’arbitre distribuait quatre cartons jaunes aux jeunes joueurs de Rhode-Saint-Genèse. Simplement « parce qu’ils parlaient français », poursuit ce papa. « Et on voyait bien que l’arbitre cherchait, provoquait. Il y avait vraiment un sentiment de frustration dans son chef. Nous-mêmes, sur le côté, on disait aux joueurs de se taire, de se calmer, parce que sinon il allait encore en sortir. »

Aux dernières nouvelles, l’arbitre serait francophone : un bel exemple de soumission volontaire…

Source : 7sur7.be

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13536

fév 12 2015

L’illusion comique du Vif

« Il faut un parti de gauche progressiste pour stopper la N-VA », annonce sans rire le bourgmestre socialiste de Gand Daniël Termont. Il est vrai que la gauche flamande (SP.A et Groen) compte pour moins d’un quart des voix au nord du pays. Seule une alliance entre socialistes, écologistes et progressistes du CD&V et de l’Open VLD permettrait, selon Termont, de contrer les nationalistes en 2018 et 2019. Avec une liste et un nom communs.
Il est évidemment illusoire, voire cocasse, d’imaginer que le CD&V et le VLD vont rejoindre le SP.A et Groen pour former un front anti-N-VA lors des élections communales de 2018. En effet, le CD&V et le VLD, plutôt ancrés à droite, compte de très nombreux mandataires qui ont fait partie du cartel avec la N-VA ou qui sont tout simplement issus de l’ancienne Volksunie, l’ancêtre de la N-VA. Comme par exemple, le bourgmestre VLD de Malines, Bart Somers.
Mais tout ceci n’empêche pas l’hebdomadaire belgicain Le Vif de cette semaine de prendre pour argent comptant cette rumeur sans réel fondement.

L’article complet du Vif

Photo : Daniël Termont, bourgmestre de Gand

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13523

fév 03 2015

Avec Jo Cornu, les Wallons sont tous cocus !

Etant donné les économies imposées à Infrabel, il n’y aurait plus un seul euro pour mettre en oeuvre la moindre des 18 priorités identifiées par le gouvernement wallon pour le rail, ni même pour finaliser le plan d’investissement en cours, a affirmé ce mardi le ministre wallon des Travaux publics Maxime Prévot.
«  Les derniers échos qui me sont revenus de très bonnes sources me laissent donc très dubitatif sur la pertinence de cet exercice de prioritarisation  », a répondu Maxime Prévot en commission du parlement wallon.
«  A quoi bon transmettre au fédéral des priorités wallonnes – parmi les 18 qui avaient déjà été listées – si comme on me le dit il n’y a de toute manière plus un seul euro destiné à investir ? Je n’ose imaginer que cette information puisse se concrétiser car on serait au-delà de tout ce qu’on avait pu imaginer  », a poursuivi le ministre gogo.

Source : Le Soir – 3 février 2015

Illustration : NMBS ou SNCB en flamand

Lien Permanent pour cet article : http://www.rwf.be/?p=13499

Articles plus anciens «